shadow

L’une des nombreuses conséquences de la pandémie de COVID-19 a été un changement radical dans notre façon de travailler à tous. Depuis près de deux mois maintenant, ceux qui peuvent travailler à domicile le font, et un passage aussi rapide du travail de bureau au travail à distance a nécessité beaucoup d’ajustements.

Maintenant que la courbe semble s’aplatir et que des discussions sont entamées sur la réouverture des économies et la possibilité pour les employés de retourner au travail, nous avons voulu examiner certaines des répercussions du passage au travail de bureau à distance.

L’entreprise américaine Blue Fountain Media a interrogé 1 082 Américains âgés de 18 à 65 ans sur leurs expériences de travail à domicile et leurs attitudes face au retour au bureau. Les responsabilités professionnelles des personnes interrogées comprenaient le personnel et les employés de bureau, les directeurs et les superviseurs, les cadres supérieurs, les vice-présidents et les directeurs adjoints, ainsi que les PDG et les membres du conseil d’administration.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des principales conclusions de l’enquête.

Les employés sont nerveux à l’idée de retourner au bureau

Il ressort clairement de l’enquête qu’une partie importante des personnes interrogées s’inquiètent de leur retour au bureau une fois les restrictions d’éloignement physique levées. Parmi les personnes interrogées, 38 % ont déclaré qu’elles étaient nerveuses à l’idée de retourner au travail et qu’elles attendraient de voir quelles mesures de sécurité seraient mises en place, tandis que 6 % ont déclaré qu’elles n’aimeraient pas y retourner mais que leur responsable ou leur patron les y obligerait.

Bien qu’un certain nombre de personnes interrogées (33 %) soient enthousiastes à l’idée de retourner au bureau, il est clair que les entreprises devront déployer des efforts concertés pour que les employés se sentent en sécurité si elles veulent que la main-d’œuvre revienne au complet. Certaines idées sur la manière dont les bureaux peuvent favoriser l’éloignement physique comprennent la mise en place d’un système de rotation des équipes où la moitié des employés viennent le lundi et le mercredi, par exemple, et l’autre moitié le mardi et le jeudi. A noter que le télétravail n’est possible que dans le cas où le travailleur effectue ses tâches depuis un ordinateur. C’est le cas des métiers liés à la finance, au marketing digital etc…

Les bureaux eux-mêmes changeront probablement aussi, beaucoup prédisant la mort du bureau en open space et le retour des bureaux à cloisons.

Même si beaucoup sont productifs dans leur travail à distance, le travail au bureau est favorisé

Notre enquête a révélé que de nombreux employés ont pu être productifs en travaillant à distance : 39 % des répondants ont trouvé qu’ils étaient plus productifs en travaillant à distance. Et un grand nombre (42 %) ont déclaré qu’ils pensent que le travail à distance finira par remplacer les bureaux physiques. Parmi ceux qui ne se sentent pas plus productifs en travaillant à domicile, les raisons invoquées sont notamment le manque de ressources (21 %) et le trop grand nombre de distractions sous forme d’enfants et de corvées (17 %).

Bien que de nombreux employés se sentent capables d’être tout aussi ou plus productifs à la maison qu’au bureau, notre enquête a mis en évidence au moins un rôle clair du bureau : permettre et favoriser les liens entre collègues. 60 % des personnes interrogées ont déclaré avoir des difficultés à maintenir des relations de travail lorsqu’elles travaillent à distance, et 28 % ont déclaré que l’interaction avec leurs collègues leur manquait, bien qu’ils soient plus productifs à la maison.

La cassure entre les générations et les postes

Il n’est peut-être pas surprenant que les résultats de l’enquête montrent que les sentiments ne se sont pas répartis de manière égale entre les générations et entre les différents postes de travail. Il est intéressant de noter que de nombreuses réponses ne reflétaient pas les hypothèses habituelles concernant les différents groupes.

Par exemple, les jeunes répondants (18-29 ans), qui sont généralement considérés comme des technophiles, étaient plus susceptibles de dire que le travail à distance ne remplacerait pas les bureaux physiques (41%), tandis que leurs collègues plus âgés, et probablement plus technophobes (45-60 ans), étaient plus susceptibles de dire que si (45%).

Un autre écart intéressant : Les employés de niveau supérieur ont déclaré se sentir moins stressés et prendre un plus grand nombre de pauses tout au long de la journée que leurs collègues de niveau inférieur. Les cadres supérieurs ont également déclaré être plus productifs à la maison que les employés de bureau et le personnel qui ont déclaré ne pas avoir accès à distance aux ressources dont ils ont besoin pour être efficaces.

En résumé

La pandémie a provoqué un changement dans de nombreuses idées bien ancrées sur le travail de bureau. Le travail à distance semble soudain être une option bien plus viable que par le passé, en particulier lorsque les entreprises réévaluent l’opportunité d’avoir des baux coûteux en période de ralentissement économique.

Le travail de bureau en personne continuera d’avoir sa place à l’avenir, mais des changements devront être mis en œuvre si l’on veut que les travailleurs se sentent en sécurité à leur retour. Une certaine fusion du travail à distance et du travail en personne deviendra probablement la nouvelle norme, du moins pendant un certain temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *